Chronique : Le dilemme de Toki, un manga pas comme les autres !

par | 13/05/2019 | Articles, Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 0 commentaires

Le dilemme de Toki a été créé par Kiri Gunchi en 2017 et prépublié dans le magazine Jump SQ. Les éditions Glénat ont publié le premier tome en France début 2019.

 

 

Le dilemme de Toki

 

 

 

Titre original : 選択のトキ (Sentaku no Toki)

Titre traduit : Le dilemme de Toki

Auteur : Kiri GUNCHI

Éditeur français : Glénat

Éditeur original : Shûeisha (Japon)

Date de sortie : 02/01/2019

Nombre de tomes : 1 (série en cours)

Prix : 7,45 €

Synopsis :

Mitsuharu le lycéen rencontre Toki l’extraterrestre, venu sur Terre pour un but bien précis : réunir les ingrédients nécessaires pour déterminer son sexe ! Voyant Mitsuharu seul et incapable de tisser des liens avec son entourage, Toki lui propose de choisir son sexe pour pouvoir lui offrir son amitié ou son amour. Mais à mesure que leurs relations s’approfondissent, le choix devient de plus en plus difficile tout autant pour Mitsuharu que pour Toki…

Cette chronique a été rédigée après lecture du premier tome de la série.

Toki, jeune extraterrestre de 15 ans, n’a pas de sexe. Il vient de la planète Carmine. Les habitants de cette planète naissent sans avoir de sexe. Quand ils arrivent à leur quinzième anniversaire, ils doivent aller sur Terre pour choisir de devenir soit un homme soit une femme, en récoltant des échantillons chez le spécimen qu’ils choisiront. Quand il arrive dans la ville où vit Mitsuharu, alors qu’il pilote trop vite son vaisseau, il fait la rencontre du jeune homme suite à l’accident qu’il provoque. Il décide alors de le secourir et de le ramener chez lui. C’est ainsi que débute leur aventure.

 

Depuis sa tendre enfance, Mitsuharu a 2 amis : Megumi et Genta. Ils se sont tous 2 lancés dans une relation amoureuse lors de leur première année de lycée. Ils sont restés amis avec le jeune homme, mais cette amitié est fragile : ils ont tendance à lui mentir pour rester entre eux. Quand il s’en rend compte, Mitsuharu les rejette et se retrouve seul. Après la rupture avec ses 2 amis d’enfance, Mitsuharu doit prendre une décision importante : le choix du sexe de Toki déterminera si l’extraterrestre deviendra son ami ou sa petite-amie. Mais le jeune homme ne veut pas choisir lui-même, et incite son compagnon à choisir en son âme et conscience.

 

 

 

Selon moi, le sujet principal de ce premier tome, ce sont les relations sociales. On touche ici à un sujet tabou : la solitude. Mitsuharu cherche en effet à ne pas être seul et à avoir des amis par tous les moyens, même s’il doit s’engager dans une relation toxique. Ce tome aborde également le sujet des personnes hermaphrodites (un thème qui n’a jamais été abordé dans le monde du manga, et encore moins dans un shonen) et de la transsexualité.

 

Concernant Kiri Gunchi, c’est un jeune auteur prometteur que la maison d’édition japonaise Shuiesha nous propose de découvrir. On ne peut dire qu’une chose au sujet de cet auteur et sa série : il a l’audace de traiter d’un sujet qui est actuel, et d’avoir un personnage hermaphrodite.

 

A qui s’adresse Le dilemme de Toki ?

 

 

C’est une série qui n’est pas commune du fait des thèmes qu’il aborde. En soi, beaucoup de personnes pourraient se retrouver dedans. Après tout, qui n’a jamais eu peur de la solitude ? Je le conseillerai pour un public de jeunes adultes à cause du thème traité, qui est selon moi, très important de nos jours.

Œuvres similaires ? 

 

Si le thème des relations sociales et de l’amour vous intéresse, pourquoi ne pas lire Nozokiana, un seinen en 13 tomes publié de 2009 à 2013, qui a néanmoins un contenu très érotique ! Vous pourriez également vous diriger vers le manga Relife, qui lui est beaucoup moins osé.

 

Si ce manga vous intéresse et que vous souhaitez l'acheter tout en nous soutenant, cliquez sur ce lien !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager