Test : Star Wars Squadrons sur PS4, par Lucas

par | 15/10/2020 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Sony, Tests Sony | 0 commentaires

Range ton sabre laser, pose ton blaster et enfile ta tenue orangée ou ton casque noir, car on embarque dans Star Wars Squadrons, le simulateur de dogfight spatiaux de Motive.

 

Star Wars Squadrons

 

Genres : Simulation – Action

Développeur : Motive Studios

Éditeur : Electronic Arts

Supports : PC, PS4, Xbox One

Classification : +16

Date de sortie : 2 octobre 2020

 

Synopsis:

Prenant place peu de temps après Star Wars: le Retour du Jedi, vous incarnez deux pilotes, l’un de la Nouvelle République, l’autre de l’Empire en destruction. Accomplissez des missions aux côtés de vos escadrons pour déterminer l’avenir de la galaxie.

Cette chronique a été réalisée après avoir joué 10 heures sur PS4.

La licence Star Wars ne cesse de revenir dans les discussions. Cette fois, c’est en ressortant le dogfight spatial à la manière de Star Wars: X-Wings de 1993 que la saga revient sur les écrans. Si vous n’êtes pas un amateur de combat de vaisseaux, n’espérez pas vous rabattre sur des phases à pieds, le jeu n’en a pas. Vous ne combattrez QUE dans l’espace au milieu de débris de vaisseaux, de champs de météorites, autour d’une base orbitale. Squadrons est un jeu de combat aérien, et l’assume jusque dans sa vue cockpit inchangeable. Les mains gantées sur les commandes vous devez faire avec les indications de votre tableau de bord pour évaluer la puissance de vos boucliers, de vos canons, de votre coque, etc. Simulation, c’est ce qu’a tenu à mettre en avant Motive Studios. En cours de vol, vous pouvez choisir où envoyer l’énergie de votre vaisseau, demandant un temps de prise en main.

 

N’oublions pas que nous sommes dans un jeu vidéo tiré d’un univers fictif. La simulation atteint donc les limites du réalisme de la saga dont chaque film apporte, ou réécrit, une partie des règles. Alors que le moindre impact était punitif d’un feu d’artifice avec Star Wars Battlefront II ou la majorité des jeux aériens, il n’en est rien pour Squadrons. Vous risquez, au pire, une douleur dans la nuque à force de rebondir sur le nez de votre vaisseau. On retrouve également le dérapage stellaire introduit dans la nouvelle trilogie, ou l’étonnant arrêt total du vaisseau dans les airs. Simulation donc, mais arcade tout de même. Néanmoins, un côté personnalisation des caractéristiques de votre vaisseau rend votre expérience plus personnelle. Type de canons, type de boucliers, type de moteurs, les choix sont divers et varient selon la classe du vaisseau, chasseur, bombardier, support et intercepteur.

Vous vous en doutez, Star Wars est un univers foisonnant de personnages et d’histoires possibles. Star Wars Squadrons ne se contente donc pas de missions dénuées de contexte. Incarnant un pilote de la Nouvelle République, vous et votre escadron aussi hétéroclite dans les races, que dans les sexes puisqu’il s’y trouve même un personnage non-binaire, devrez pourchasser une officier impérial fanatique. Devinez qui vous commandes en tant qu’impérial ? L’officier fanatique chassée par les rebelles. Son objectif est de mettre la main sur le mystérieux projet StarHawk et d’obtenir vengeance sur une trahison qu’elle ne digère pas.

 

L’intrigue tient la route, avec une douzaine de personnages variées, tant visuellement, que dans la personnalité. On pourra discuter avec une impérial plus tempérée sur les méthodes à appliquer pour vaincre la Rébellion, ainsi qu’un rebelle dévoué à la cause de la Princesse Leia. On échappe pas à l’abondance de références, et à la présence de personnages des romans ou des séries d’animations, un plus apprécié par le fan que je suis. Tous les personnages sont intéressants et attachants, leurs passés déteints sur eux. Cela ne s’inscrit pourtant pas dans une histoire ambitieuse et épique. C’est le background des différents protagonistes qui fait leur force et les définit, pas ce qu’ils vont vivre avec vous, joueur. On a donc l’impression de participer à l’une des nombreuses batailles que le temps oubliera et qu’un personnage secondaire citera en référence dans The Mandalorian saison 2.

L’avis du testeur

Pour un fan de Star Wars, il est jouissif d’être dans le cockpit parfaitement refait d’un Y-Wing, d’un chasseur Tie, d’un Tie bomber, d’un A-Wing, d’attaquer une corvette rebelle, de bombarder un destroyer de l’Empire. D’autant que le gameplay est bien équilibré, entre facilité de prise en main et demande d’entraînement pour être parfaitement maîtrisé. Il en ressort pourtant un jeu avec des bugs, des vaisseaux traversant les parois, des arrêts brutaux, etc. On sent l’envie de proposer un jeu différent de ce qu’on pourrait attendre d’un Star Wars. Pourtant, c’est là le hic, la lassitude des jeux Star Wars est là. Jedi Fallen Order avait coché beaucoup de cases désirées par les fans, Star Wars Squadrons est aussi ambitieux que son histoire et risque de connaître le même sort, être anecdotique.

L’emballage Star Wars séduit toujours, mais derrière les étoiles, Squadrons s’avère un pari en partie réussi sur le papier, mais est-il sorti au bon moment ?

 

Jeux similaires ?

Pour rester dans l’esprit science-fiction, en matière de simulateur de vol spatial, Star Citizen s’impose comme un poids lourd. Toujours en cours de production, mais déjà jouable, le jeu présente des possibilités folles.

Si vous recherchez le combat multijoueur et que l’habillage Star Wars est anecdotique, War Thunder peut vous plaire. Durant le deuxième conflit mondial, vous pouvez choisir parmi des dizaines d’avions dans ce jeu gratuit en ligne.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager