Top 5 Animes 2020 : la sélection de Lorelei !

par | 11/01/2021 | Animes, Articles, Articles à la une, Asiatiques, Dossiers Film / Series | 2 commentaires

2020 est maintenant derrière nous. Au-delà des galères que nous avons tous connus durant cette année, il faut reconnaître que nous avons été gâtés en matière d’animes et aujourd’hui je vous propose de revenir sur 5 animes qui m’ont particulièrement marqué.

Fire Force saison 2

D’une braise à un brasier !

 

Nombre d’épisodes : 24 épisodes

 

Plateforme(s) de diffusion : Wakanim, ADN

 

Période de diffusion : du 03/07/2020 au 11/12/2020

 

Studio(s) : David Production

 

Synopsis :

L’humanité est terrifiée par le phénomène de combustion humaine. Des brigades spéciales Fire Force ont donc été mises en place avec pour mission de trouver la cause de ce mystérieux phénomène !

 

Le jeune Shinra Kusakabe, nouvelle recrue surnommée le Démon à cause de son sourire nerveux, rêve de devenir un héros. Il compte bien découvrir toute la vérité au sujet de l’incendie qui a tué sa mère et son petit frère survenu il y a 12 ans.

 

Il intègre donc la brigade spéciale numéro 8 de la Fire Force. Une brigade d’autant plus spéciale car elle a pour rôle d’enquêter sur les autres brigades afin d’un jour trouver un moyen de libérer l’humanité de sa peur des flammes.

 

Mes impressions :

 

Si la première saison n’était qu’une introduction à l’univers, aux personnages destinés à nous mettre dans le bain avec une bonne dose d’action et de révélations, cette seconde saison passe à la vitesse supérieure.

Cette fois, le scénario prend son envol ! Gros combats acharnés entre la Fire Force et les hommes du Grand Prédicateur, révélations choquantes et croustillantes au sujet du Grand Cataclysme, de l’Adora Burst et de l’Adora Link et introduction des piliers qui s’éveillent tour à tour…

En tant que lectrice et fan du manga je ne peux qu’applaudir cette adaptation parfaite. Un magnifique anime où chaque moment de lecture est sublimé par une animation de grande volée. La direction artistique incroyable et surtout le sound-design et la bande-son absolument époustouflantes en font un sans-faute. D’autant plus que le studio David production nous régale en faisant des petits ajouts et clins d’œil aux œuvres précédentes et à l’univers du mangaka Atsushi OHKUBO, ne se contentant pas de faire un simple copié/collé du support d’origine.

Pas d’annonce d’une saison 3 pour le moment mais croyez-moi je suis à l’affût de la moindre information !

ID INVADED

La création originale qui retourne le cerveau !

 

Nombre d’épisodes : 13 épisodes

 

Plateforme(s) de diffusion : Wakanim

 

Période de diffusion : du 05/01/2020 au 22/03/2020

 

Studio(s) : NAZ

Synopsis :

Narihisago Akihito est un grand détective. Après le meurtre de sa fille puis la mort de sa femme, il décide de se venger de l’homme qui a bousillé sa vie.

 

Désormais en prison, il continue à aider la police en plongeant dans un nouveau système virtuel. Celui-ci permet d’avoir accès à des ”puits” renfermant les envies meurtrières des tueurs en série. Devenant amnésique à chaque entrée dans un puit, Narihisago devient alors le détective Sakaido chargé de résoudre les enquêtes de la police en découvrant à chaque fois une jeune femme assassinée du nom de Kaeru.

 

Mais petit à petit, les enquêteurs se rendent compte de la présence du même homme dans différents puits d’identification et cherche à l’identifier. On le surnomme « John Walker ». Qui est-il ? Que cherche-t-il ? Se pourrait-il qu’il affecte certaines personnes pour les inciter à céder à leurs pulsions ?

 

Mes impressions :

 

Alors déjà il faut savoir que les deux premiers épisodes laissent confus parce qu’on a plein de questions qui se bousculent dans la tête. Ne vous laissez pas dérouter par eux : accrochez-vous car ça en vaut vraiment la peine. Pour ma part il est tout simplement mon anime préféré de l’année 2020 !

La confusion passée, cet anime a su accaparer toute mon attention grâce à plusieurs points. A commencer par son ambiance orientée mystère et thriller de science-fiction où on se prend assez vite au jeu des enquêtes. Se dévoilant petit à petit, son intrigue nous fait découvrir le passé de Narihisago. Ses personnages ont chacun un rôle précis à jouer, certains plus marquant que d’autres. Sa bande-son faite de chansons et des OST est vraiment sympa. Mais surtout mention spéciale au chara-design que j’ai réussi à identifier au premier coup d’œil (petite fierté personnelle j’avoue !)

Car en effet même s’il s’agit d’une œuvre originale, j’ai fait le rapprochement avec les chara-design du mangaka Yûki KODAMA, papa de Blood Lad, Hamatora et du petit dernier Demon Tune entre autres. Mon intuition était la bonne puisque effectivement il s’avère que Monsieur KODAMA a travaillé sur les chara-design de l’anime !

Toilet-Bound Hanako-kun

Esprit des toilettes es-tu là ?

 

Nombre d’épisodes : 12 épisodes

 

Plateforme(s) de diffusion : Wakanim

 

Période de diffusion : du 09/01/2020 au 27/03/2020

 

Studio(s) : Lerche

Synopsis :

Dans l’Académie Kamome, des rumeurs courent selon lesquelles Sept Mystères se tapissent dans les recoins de l’école.

 

Nene Yashiro, une lycéenne de première année, friande d’histoires occultes, désire ardemment un petit ami. Pour cela, elle tente d’invoquer le Mystère numéro 7 « Hanako-san des toilettes », une fille décédée dans les toilettes il y a longtemps et qui peut exaucer des vœux à condition d’en payer le prix.

 

Cependant, lors de l’invocation du fantôme, Hanako-san se révèle être un garçon. Après quelques rebondissements, Nene devient son assistante. On suit ainsi leurs aventures pour maintenir l’équilibre entre le monde surnaturel et le monde des humains, à la recherche des autres mystères de l’école et de réponses autour des sombres secrets que cache l’énigmatique Hanako…

 

Mes impressions :

 

Cet anime m’avait fait de l’œil dès le premier trailer et pour cause : du surnaturel avec des personnages aux chara-design mignons et une direction artistique jolie, originale et enfantine ? J’ai signé direct… et ça a été le coup de cœur immédiat aussi bien pour l’anime que pour le manga que je me suis mise à lire en parallèle de la diffusion des épisodes.

La force de cet anime c’est bel et bien le contraste que l’on peut observer entre sa direction artistique toute gentille et l’ambiance mystérieuse voir même horrifique qui se dégage de cette série. Il y a aussi un ton plus léger avec le côté comédie : entre les facéties de Hanako, la maladresse de Nene et les autres personnages hauts en couleurs, on a pas le temps de s’ennuyer !

Si l’anime sait nous faire rire, il sait également nous émouvoir avec des moments dramatiques forts en émotions, tout en nous gardant en haleine. Les secrets entourant les 7 mystères et particulièrement Hanako sont bien plus denses que vous ne le pensez…

Pour ceux et celles qui seraient curieux de découvrir l’anime et le manga, il faut noter que la série animée fait quelques arrangements scénaristiques par rapport au manga notamment en modifiant l’ordre des arcs pour finir la série en 12 épisodes sur une note positive et pourquoi pas préparer le terrain pour une éventuelle saison 2.

Deca-Dence

Déroutant et original !

 

Nombre d’épisodes : 12 épisodes

 

Plateforme(s) de diffusion : Wakanim

 

Période de diffusion : du 08/07/2020 au 23/09/2020

 

Studio(s) : Studio NuT

Synopsis :

L’humanité a failli disparaître à la suite de l’apparition d’une forme de vie inconnue nommée Gadoll. Les survivants vivent désormais dans une forteresse mobile appelée Deca-Dence, construite afin de les protéger de la menace des Gadoll.

 

La population de Deca-Dence est séparée en deux catégories : les Gears, des guerriers qui combattent quotidiennement les Gadoll, et les Tankers, qui assurent les tâches permettant le fonctionnement de la forteresse. Parmi ces Tankers se trouve un groupe d’élite, la “Furie”, qui combat aux côtés des Gears.

 

Natsume est une jeune Tanker qui rêve d’intégrer la “Furie” et d’éliminer les Gadoll, depuis que ceux-ci lui ont arraché son père et son bras. Equipée d’une prothèse bas de gamme, Elle se voit cependant assignée à des tâches d’entretien et rencontre Kaburagi, son chef, réparateur de l’armure de Deca-Dence, qui a abandonné ses rêves et semble cacher de nombreux secrets.

 

Mes impressions :

 

Quand j’ai su que le réalisateur était celui qui avait réalisé l’excellentissime anime de Mob Psycho 100, j’ai pas hésité trop longtemps avant de me dire qu’il fallait que je regarde. Le synopsis et le trailer m’avait aussi donné envie donc je me suis lancée à la découverte du premier épisode.

Déjà visuellement c’est vraiment très sympa et j’ai effectivement ressenti une petite vibe Mob Psycho dans le chara-design et l’animation de certaines expressions faciales et corporelles. J’ai aussi perçu une petite touche à la Gurren Lagann côté ambiance et animation qui m’a fait bien plaisir. Niveau scénario, je vais pas dire que c’est le summum de l’originalité mais y a quand même un gros potentiel notamment au niveau des scènes d’action, du développement de l’intrigue et des personnages.

Bref, à l’issue du premier épisode je me disais que ça allait être cool, pas vraiment l’anime de l’année mais que c’était pas prise de tête et que j’allais passer un bon moment sur cette production originale.

Et puis est arrivé l’épisode 2…

Je vous affirme que cet épisode a eu l’effet d’une bombe et que c’est certainement le plus gros twist d’un début d’anime que j’ai vu de toute ma vie ! En un épisode, l’ambiance, le background, l’univers même de la série a basculé du tout au tout pour passer d’un anime de prime abord assez convenu à quelque chose de réellement original, intriguant et captivant.

Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher l’effet de surprise mais on va dire que ce twist fait entrer Deca-Dence dans la catégorie des anime « ça passe ou ça casse ». Dans mon cas c’est passé à merveille !

Ikebukuro West Gate Park / IWGP

Le solutionneur d’embrouilles à votre service !

 

Nombre d’épisodes : 12 épisodes

 

Plateforme(s) de diffusion : Wakanim

 

Période de diffusion : du 06/10/2020 au 22/12/2020

 

Studio(s) : Doga Kobo

Synopsis :

Bienvenue à Ikebukuro West Gate Park. Un square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d’lkebukuro. C’est là que Makoto et ses amis ont établi leur QG.

 

Makoto a dix-neuf ans et est un vendeur de fruits tout ce qu’il y a de plus banal, sauf qu’il est aussi un “solutionneur d’embrouilles”. Des embrouilles, il n’en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, yakuzas, filles perdues et clandestins dans le Japon de l’envers.

 

Avec pour seules armes son énergie et sa débrouillardise, Makoto résout les énigmes, vient en aide à ceux qui sont dans la détresse, et tente de ramener la paix dans les rues menacées par une sanglante guerre des gangs.

 

Mes impressions :

 

D’habitude c’est pas trop mon genre les anime dit « tranche de vie », je suis plutôt friande de titres d’actions avec du surnaturel, des super-pouvoirs et tout ça… mais là je me suis laissée porter par l’ambiance de cet anime aux allures de vie quotidienne banale mais avec ce côté mafieux et guerre de gangs qui me plaît bien. J’ai passé un vrai bon moment sur cette série.

Évidemment le personnage qu’est Makoto a su me faire aimer cet anime : un gars qui paie pas de mine mais qui en plus de savoir se défendre, utilise surtout ses talents de médiateur et en quelque sorte d’enquêteur pour résoudre petits et gros problèmes afin de garder le plus sain possible le quartier qu’il aime tant.

On s’implique d’autant plus dans cette série dans le sens où chaque personnage qui vient demander l’aide de Makoto rencontre un problème plus ou moins grave mais nous apparaît comme tout à fait réaliste : en effet, on s’attache à résoudre des problèmes et dysfonctionnements bien ancrés dans notre réalité sociale, culturelle, économique et politique. Des sujets traités avec, je trouve, une bonne justesse sans entrer trop dans le détail et sans chercher à nous faire la morale non plus.

Visuellement, la série possède une animation et une direction artistique en deux teintes avec d’une part une esthétique assez classique la plupart du temps et d’autre part, une qualité plus travaillée pour les scènes importantes et phases d’action. Une double teinte qu’on retrouve également avec le générique de fin : on a deux chansons très sympa mais bien différentes l’une de l’autre qui représente d’un côté les épisodes centrés sur les gangs et problèmes violents et de l’autre côté un ending utilisé pour illustrer à merveille des sujets plus sentimentaux et impactant émotionnellement.

2 Commentaires

  1. Nino

    Grace a ce top j’ai pu retrouvé le nom d’un des animes dont j’entendais parlé depuis plusieurs mois !

    J’ai découvert aussi des animes qui m’ont l’air fort sympathique et je compte bien aller les regarder au plus vite !

    Réponse
    • Lorelei

      Hello ^^ merci pour ton commentaire ça fait plaisir ! Je suis ravie que tu ai trouvé ton bonheur parmi ma sélection et je te souhaite d’avance un excellent visionnage 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager