Test : Animal Crossing New Horizons sur Nintendo Switch, par Kurokarasu !

par | 2/04/2020 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Nintendo, Tests Nintendo | 0 commentaires

Alors que je n’avais plus touché à cette licence de Nintendo, dont je croise pourtant encore les personnages, depuis les épisodes Wild World sur DS (2006) et A nous la belle ville ! sur Wii (2008), j’ai décidé de laisser sa chance à la série avec ce nouvel opus Animal Crossing : New Horizons !

Animal Crossing : New Horizons

 

 

Genre : Simulation

Développeur : Nintendo

Éditeur : Nintendo

Supports : Nintendo Switch

Classification : 3+

Date de sortie : 20 mars 2020

Synopsis :

Partez découvrir la vie sur une île grâce à la formule Évasion Île Déserte proposée par Tom Nook. Vous y serez le(la) délégué(e) insulaire, c’est-à-dire la personne en charge d’accueillir les nouveaux arrivants et d’organiser la vie sur ce petit bout de terre (forestation, fleurissement, décoration…).

Cette chronique a été réalisé après avoir joué entre 25 et 30 heures sur Nintendo Switch.

 

Ah de bonnes vacances… ha bah non…

 

 
Pendant l’introduction de cet Animal Crossing : New Horizons, on se dit qu’on va passer de bonnes vacances sur île déserte, quoi de mieux en cette période de confinement qu’un peu d’évasion. Sauf qu’à peine posé le pied sur l’île, on est déjà exploité à ramasser de quoi faire un feu de camp et de la nourriture pour les autres nouveaux habitants. Donc à partir de ce point, on se doute que l’île ne va pas rester déserte très longtemps, déjà qu’on arrive à six, mais ça va vite se peupler (Thibou le conservateur, trois nouveaux habitants, des personnages itinérants…), en plus on abandonne assez rapidement la tente pour des maisons en dur donc le côté tranquille de l’île est vite oublié, surtout qu’un aéroport est déjà là quand vous arrivez.
 
Pour en revenir à l’exploitation de votre personnage par le seigneur Tom Nook, vous allez devoir aider à rassembler les matériaux nécessaires pour la construction de la boutique de Méli et Mélo, créer le mobilier pour trois nouveaux arrivants… Bon il vous récompensera un peu, histoire de dire que vous n’avez pas tout fait gratuitement mais n’espérer pas de clochettes malheureux(se) ! Pour en terminer avec ce paragraphe, on va parler de l’endroit pour lequel on se fait le plus utilisé, et gratuitement cette fois, je veux parler dur grand classique de la série, le musée. Pour celui-ci, vous devrez chercher un exemplaire de chaque poisson, insecte et fossile afin de compléter les collections de ce bâtiment.
 

Environnementalisme ou Capitalisme ?

 

 
Pour le côté protection de l’environnement de cet Animal Crossing : New Horizons, il faut se tourner déjà vers le musée, qui correspond à un muséum d’histoire naturelle dans la vie non virtuelle, en effet à chaque espèce de poisson ou d’insecte ou encore fossile donné à Thibou le conservateur, ce dernier peut vous donner si vous le souhaitez des informations sur le don que vous lui faites. Ensuite les salles, sont plutôt agréables avec une répartition par milieu dans lequel vivent les différents animaux et la partie fossile présente une ligne directrice en mode arbre phylogénétique (un grand arbre généalogique si vous préférez ^^). Donc autant dire que ce petit musée virtuel est bien sympathique; et de la part d’une personne issue d’une filière étudiante en archéologie et qui travaille souvent en musée, c’est pas un petit compliment !
Je vous propose d’ailleurs un lien vers mon site qui parle de ces thématiques !
 
D’un autre côté, le jeu force le joueur à prendre un peu soin de la nature, ce qui n’est pas un mal pour sensibiliser les plus jeunes, avec les quêtes pour obtenir des Miles Nook (sortes de points de fidélité). Parmi les quêtes, vous devrez planter un arbre fruitier ou non, planter trois graines de fleur, arroser des fleurs… voilà seulement ces petites quêtes vont aussi vous demander d’abattre un arbre, attraper cinq poissons ou insectes, vendre des fruits ou coquillages donc en bref d’affaiblir la biodiversité de votre île. Mais également de couper du bois ou de créer des objets pour lesquels vous devrez ramasser des ressources et donc accentuer le problème précédent… Le Capitalisme est aussi présent par ces quêtes puisqu’elles vous demanderont de vendre pour tant de clochettes ou d’en dépenser un certain nombre voire à vous forcer d’utiliser vos Miles Nook.
Mais le point capitaliste essentiel de la série reste ce cher Tom Nook auprès duquel vous n’arrêterez (presque) pas de vous endetter pour construire et agrandir votre maison. Et pour pouvoir régler votre dû en clochettes, même si vous pouvez en faire pousser, il vous faudra vendre nombre de ressource pour accumuler cet argent pour vous libérer de ce démon de tanuki. Vu que je suis sympa, je vous indique les premiers montants que vous devrez lui verser :
– frais d’installation : 5000 Miles Nook
– construction maison : 98 000 clochettes
– agrandissement maison : 198 000 clochettes
– 2ème pièce : 348 000 clochettes
– 3ème pièce : 548 000 clochettes

L’Avis du testeur sur Animal Crossing : New Horizons ?

 

 

Alors que penser de cet Animal Crossing : New Horizons. Et bien, une fois qu’on dépasse les quelques soucis du jeu (mouvements imprécis, dialogues répétitifs inutiles et la fabrication d’objets pas optimisée), le jeu se laisse vivre et on ne voit pas les heures qui défilent ce qui est clairement un gros point positif pour ce jeu, surtout en ce moment (et que je sais que je ne pourrai mettre la main sur mon collector de Persona 5 Royale). L’autre point fort me concerne puisque je n’ai plus l’habitude ce genre de jeu tranquille et ça apporte un peu de fraîcheur à ma bibliothèque vidéoludique.

Jeux similaires ? 

 

 

Parmi les jeux de simulations de vie dans la même veine que ce Animal Crossing : New Horizons, vous pourrez retrouver la série des Harvest Moon avec l’épisode Lumière d’espoir sur Switch (2018), Stardew Valley (2016) que vous pouvez retrouver sur moult supports ou encore Doraemon : Story of Season sur Switch (2019).
Toujours dans les simulations vous pouvez également vous tourner vers les Sims 4 ou la multitude de jeux avec Simulator dans leur nom (Farming, Autobahn police…).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager