Test : Astral Chain, une exclue Nintendo Switch !

par | 21/10/2019 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Nintendo, Tests Nintendo | 0 commentaires

L’équipe de Platinum Games revient plus en forme que jamais, avec un des gros jeux plein d’action de la fin de l’été, celui que l’on nomme Astral Chain !

Astral Chain

 

Genre : Action RPG – Beat Them Up

Développeur : Platinum Games

Éditeur : Nintendo

Supports : Switch

Classification : 16+

Date de sortie : 30 août 2019

Synopsis :

Vous incarnez un des jumeaux Howard qui viennent tout juste d’entrer au sein de Neuron, une cellule particulière de la police de l’Arche, le dernier abri de l’Humanité. Même cette dernière n’est plus si sûre puisqu’elle commence à être attaquée par des créatures d’un autre plan, les Chimères, et les seuls à pouvoir leur faire face sont les Legionis armés de leurs Légions, dont vous. Mais le plus grand des dangers vient peut-être d’ailleurs…

Cette chronique a été réalisé après avoir joué environ 30 heures sur Switch, sans finir toutes les missions secondaires et toutes les opérations du Chapitre 12 (optionnel).

Un condensé du savoir de Platinum Games

 

 
Dans Astral Chain, Platinum Games va utiliser toute son expérience accumulée dans ses précédents jeux d’action et ça se ressent. Au niveau de la dynamique des combats et de certains déplacements, on retrouve un peu de NieR: Automata, le dernier jeu sorti en date de chez Platinum Games (édité par Square Enix en 2017). Le mode concentration avec la Légion, surtout l’épée et l’arc, qui peut faire appel à Metal Gear Rising : Revengeance (édité par Konami en 2013), mais le séquençage des chapitres nous renvoie également à Bayonetta (édité par Sega puis Nintendo), dont on attend le troisième volet.
 

Une direction aux petits oignons

 

Si l’on a pu retrouver des éléments d’autres jeux dans Astral Chain, c’est notamment parce que l’on retrouve à la réalisation Takahisa Taura, qui était notamment Game Designer sur NieR:Automata, mais aussi Hideki Kamiya qui se retrouve ici producteur mais qui a dirigé ou supervisé de nombreux grands jeux comme Bayonetta. Et on peut rajouter la participation de Masakazu Katsura en tant que Chara Designer des personnages principaux. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s’agit du mangaka derrière Video Girl Ai mais surtout de Zetman. Qu’on aime ou qu’on aime pas, ça reste un grand monsieur du milieu.

Une durée de vie relative

 

 
Outre les 11 fichiers (chapitres principaux), vous en avez un 12ème avec des missions d’exterminations de Chimères à réaliser. Si vous faites partie des gens qui essaient de compléter au maximum un jeu, vous avez également pendant les chapitres des affaires rouges et bleues à accomplir et vous aurez également des coffres et objets à retrouver dans les niveaux. Pour finir, vous pourrez également remplir 185 missions secondaires qui vont d’un chapitre à finir à un objet à trouver pendant ce dernier en passant par une somme d’argent à obtenir, des photos à réaliser, ou encore un certain nombre d’ennemis à massacrer…
 
Bien évidemment n’espérer pas tout réussir dès le premier coup, puisque vous n’aurez pas à accès au début à certains éléments et donc il vous faudra recommencer et vu qu’il faut à peu près 25 heures pour finir l’histoire une première fois et comptez le double pour completer toutes les missions annexes.

L’Avis du testeur sur Astral Chain ?

 

 
Alors que penser de ce jeu ? Et bien graphiquement il est sympa mais c’est pas ma tasse de thé, en plus il existe des jeux bien plus beaux. Musicalement les ambiances collent bien, je n’ai rien à en redire. Du coté du scénario, il est agréable, on rentre bien dedans, mais la fin est facilement prévisible. Et au niveau du plaisir de jeu, il est top franchement j’ai pris mon pied pendant les combats avec notamment les différentes possibilités de combinaisons en fonction de l’arme qu’on utilise, mais aussi de la Légion équipée.
Sinon au niveau des points plus négatifs, hormis le scénario prévisible, on peut noter quelques soucis de caméras lors des combats en intérieur, mais pour moi c’est surtout les coupures post-combat de fin d’affaires rouges qui viennent briser le rythme du jeu.
Au final c’est un jeu que je ne peux que recommander, même si finalement il m’a un peu déçu. Probablement que ma hype était trop haute sachant que le seul jeu qui me tentait vraiment cette année sur Switch (et c’est surtout parce qu’il est réalisé par Platinum Games).

Jeux similaires ? 

 

 
Quels jeux vais-je pouvoir vous recommander ? Et bien commençons par ceux cités plus haut qui sortent tous de chez Platinum Games. Je crois vous l’avoir vendu tellement de fois qu’une de plus ne changera rien, NieR : Automata (PS4, Xbox One, PC), clairement mon jeu du cœur de ces deux dernières années. Si vous voulez du combat futuriste et que vous aimez l’univers de Kojima, foncez sur Metal Gear Rising : Revengeance (PS3, Xbox 360 et PC) qui apportait en son temps un peu de changement à la licence. Ou alors vous pouvez vous tournez vers Bayonetta 1 (Xbox 360, PS3, PC, Wii U et Switch) et 2 (Wii U et Switch) en attendant le 3.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager