Test : Gran Turismo 7 sur PS4, le test de Max !

par | 29/05/2022 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Sony, Tests Sony | 0 commentaires

Le 4 Mars dernier a vu la sortie du dernier opus d’une des licences les plus célèbres du jeu de course automobile : Gran Turismo 7. Sous titré très sobrement « The real driving simulator », voyons ensemble si la promesse est tenue.

 Gran Turismo 7

 

Genre : Course – Simulation automobile

 

Développeur : Polyphony Digital

 

Éditeur : Sony Interactive Entertainment

 

Supports : PS4 – PS5

 

Classification : 3+

 

Date de sortie : 4 Mars 2022

 

Une prise en main peu alléchante

 

Gran Turismo fête ses 25 ans ! L’occasion est venue de célébrer cette exceptionnelle longévité et, quoi de mieux qu’une cinématique d’introduction reprenant des images d’archives depuis la naissance de l’automobile jusqu’à nos jours ? Une bonne idée sur le papier qui, malheureusement, s’étire en longueur et devient une (trop longue ?) succession de plans de voitures en 3D.

La première course essaye, elle aussi, de jouer la carte de l’originalité. Voulant allier jeu de voiture et jeu de rythme, on nous impose dès les premières minutes un mini-jeu dans lequel il faut arriver à la fin d’un circuit avant la fin d’une chanson. Encore une bonne idée sur le papier mais qui, dans les faits, n’est rien de plus qu’une course contre-la-montre.

On découvre ensuite l’articulation principale du jeu via d’innombrables boites de dialogues. D’un côté, un menu déguisé en carte du monde vous présente les différentes activités disponibles : les circuits, le garage, le préparateur automobile, le café des quêtes, le mode multijoueur, le mode photo etc… de l’autre, le pilotage, une fois le circuit choisi. 

Après environ deux heures de jeu, un tutoriel déguisé en passage de permis vous est imposé. Un choix plus que discutable puisqu’il s’agit de vous apprendre à freiner ou prendre un virage (9 fois d’affilés mais avec des voitures différentes) après déjà plusieurs courses entièrement terminées. 

C’est l’occasion également de gérer les paramètres de conduite et désactiver presque intégralement toutes les aides qui, par défaut, viennent vous parasiter en jouant à votre place.

 

L’automobile 

 

 
 
Si malgré tout ceci, ce début de jeu n’a pas épuisé votre capital patience, vous aurez le loisir d’enfin mettre la gomme. Enfin… pas tout de suite. La gamme de véhicules proposée étant extrêmement large, vous débuterez avec des autos relativement communes et donc peu puissantes. L’aspect simulation est donc bien respecté ici et il faudra progresser quelques heures avant de réellement éprouver une sensation de vitesse.
 

Simulation vous dites ? En effet, il s’agira de conduire avec subtilité. Certains circuits peuvent être assez techniques et exigent un certain doigté manette en main. Les amateurs de drifts pied au plancher devront vite apprendre à anticiper et freiner avec les roues bien droites s’ils ne veulent pas récupérer leurs bolides dans le décor. Une conduite propre et rigoureuse est ici la clé de la réussite.

 

Dans le but de vous aider à trouver votre bonheur derrière le bon volant, l’aspect collection est un élément central du titre. Il y en a vraiment pour tous les gouts ! Réparties en trois catégories (américaines, européennes, asiatiques) les autos, de la plus mythique au dernier concept-car, de tous les continents et de toutes les époques, sont à votre disposition, moyennant des crédits gagnées en jouant, ou de l’argent réel via micro transactions.

 

La personnalisation est elle aussi au rendez-vous, tant sur la partie mécanique qu’esthétique. Pour ceux que cela intéresse mais surtout, qui maitrisent le sujet, chaque voiture peut être paramétrée avec précision afin d’en optimiser les performances.

 

Mention spéciale à la modélisation des véhicules sur les plans visuels et sonores qui témoigne d’un vrai travail de passionnés d’automobiles. Les quêtes accomplies vous débloqueront même des présentations (succinctes fort heureusement) de certaines voitures ayant marqué l’histoire par leur design ou leur technologie. Une vulgarisation bienvenue pour ceux qui auraient la curiosité d’en apprendre plus.

Et … c’est tout ? 

 

 

 
 

Cela peut paraitre assez triste dit comme ça mais … oui. Sans scénario, sans monde ouvert (ou au moins une articulation organique), sans personnages, sans quêtes hormis la collection, Gran Turismo 7 est un jeu bien vide au regard de ce que propose la concurrence. Concentré avant tout sur le pilotage et l’automobile au sens large, le titre se distingue par une approche assez simpliste du jeu de course : Vos voitures et des circuits, point barre.

Toute l’attention a été portée sur le confort du joueur dans son costume de pilote. En témoigne les nombreux réglages possibles dans l’assistance à la conduite qui permettent de réellement personnaliser l’expérience, mais aussi le choix de la performance et de la fluidité, même sur une PS4 vieillissante.

L’avis du testeur sur Gran Turismo 7

GT7 est donc bien un jeu de simulation qui ne prétend pas être autre chose et qui assume son parti pris. Malheureusement entaché par un « menuing » omniprésent et des choix discutables dans son accroche, le titre a peu de chances de séduire les néophytes.

En une phrase : un jeu de niche qui doit très certainement exprimer tout son potentiel immersif avec un volant et un pédalier, mais qui tombera des mains de ceux qui s’amusaient déjà sur un Forza Horizon.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager