Test : NEO : The World Ends With You sur Playstation 4 !

par | 12/10/2021 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Nintendo, Sony, Tests Nintendo, Tests Sony | 0 commentaires

Si, pour certains d’entres vous, le premier volet de The World Ends With You correspond à sa version Final Remix sortie en octobre 2018, en réalité le jeu est sorti 10 ans plus tôt sur la Nintendo DS. Que ce soit l’une ou l’autre des versions, NEO : The World Ends With You se voit doté d’un gameplay entièrement revu. Adieu le tactile et bonjour l’action à fond les ballons !

Le jeu est traduit intégralement en français pour les textes et vous aurez le choix entre les voix japonaises ou américaines. La démo est disponible sur Nintendo Switch et PS4 pour vous donner une idée plus concrète du jeu qui reste assez complexe à expliquer !

* Ce test a été réalisé après avoir terminé la « première semaine » du scénario soit environ 20h de jeu *

NEO The World Ends With You

NTWEWY Jaquette

 

 

Genre : Action-RPG

 

Développeur : Square-Enix

 

Éditeur : Square-Enix

 

Supports : PS4, Switch

 

Classification : 12

 

Date de sortie : 27 Juillet 2021

Synopsis :

Alors que Rindo et Fret se baladent dans les rues de Shibuya, les véhicules se mettent à voler et à tomber devant eux. Il y a de multiples explosions et une énorme sphère engloutit tout le quartier ! Puis c’est de nouveau le calme. Rindo vient d’avoir une vision… du futur ! Il essaie donc de protéger Fret et lui même. C’est alors qu’apparait une jeune femme qui leurs souhaite la bienvenue dans le jeu des Reapers.

Rindo et Fret se rendent compte très vite qu’ils sont en réalité morts. Ce jeu pourrait leur permettre d’exaucer n’importe lequel de leurs souhaits à condition qu’ils remportent la première place du classement face aux autres équipes participantes. Ils ont 7 jours. C’est alors, avec l’espoir de revenir à la vie, que nos deux amis participent au jeu des Reapers !

 

NEO : The World Ends With You, la suite tant attendue !

Parlons dans un premier temps de l’aspect graphique de NEO : The World Ends With You (NEO : TWEWY pour les intimes !). On reste sur la même lignée que le premier volet avec une sacrée évolution ! Tout le jeu est en une sorte de cell shading au découpage manga dans les cinématiques et c’est très agréable à regarder. Des couleurs très vives, même si on entre parfois dans des recoins sombres, des dessins très nets et une direction artistique tenue de A à Z. On remerciera la team Tetsuya Nomura (Kindgom Hearts), Gen Kobayashi (The World Ends With You, Kingdom Hearts, Musashi : Samurai Legend) et Hiroyuki Itou (Final Fantasy 6, 9 et 12). Du caviar.

NTWEWY 3

NEO : The World Ends With You est un action-RPG au gameplay un peu « bourrinage de touches ». C’est simple à comprendre mais un peu moins simple à l’exécution (et à expliquer)

Vous vous baladez dans les rues de Shibuya par zone avec un chargement d’écran à chaque changement. En fonction du scénario, certaines rues ne seront pas disponibles ou accessibles immédiatement. Aussi, vous vous retrouverez à devoir effectuer certains « défis » lancés par les Reapers qui vous barreront la route vers certains quartiers, ainsi que plusieurs énigmes à résoudre. Je trouve ce côté là du jeu bien amené et plaisant.

En ce qui concerne les combats, vous devrez utiliser votre vision pour changer l’aspect de votre écran, apparaitra alors des icônes qui, lorsqu’ils vous toucheront, fera débuter un combat contre les Echos. Vous utilisez des badges qui vous permettront d’activer des capacités propres à chacune ! Vous pourrez en assigner une par personnage de votre équipe qui pourra se composer au maximum de 4 joueurs. Ils peuvent être assignés aux boutons croix, carré, L1/R1 et L2/R2. Chaque badge aura sa façon de s’activer / d’évoluer / son nombre d’utilisation, etc. Vous devrez parfois marteler le bouton, appuyer puis relâcher ou reste appuyer. Dans la pratique ça semble simple, mais il faudra bien gérer vos placements si vous ne voulez pas faire du Twister avec vos doigts… Car oui, vous pouvez activer TOUTES vos capacités en même temps durant les combats.

Shibuya est réputé pour être le quartier de la mode, force est de constater qu’un soin particulier a été apporté au design des personnages. Vous pourrez aussi acheter, dans les multiples boutiques du quartier, des Fringues qui sera l’équivalent de votre équipement en tant normal. Votre tenue se répartira en cinq parties : tête, haut, bas, chaussures et accessoires. Tous les éléments disposent d’une capacité déblocable grâce à vos points de style. Ceux-ci s’augmentent en mangeant certaines plats dans les restaurant.

Quand au scénario, il est assez simpliste et peu développé. Vous aurez une mission à exécuter par jour et une fois celle-ci terminée, le jour change. On ne pourra pas profiter de nombreuses cinématiques, puisqu’elles sont troquées contre des dialogues au découpage manga. Les personnages cependant ont chacun leurs caractères propres qui vous vaudra quelques sourires lors de leur échanges. On s’attache vite à nos protagonistes !

Petite nouveauté, vous aurez accès à une arborescence qui vous débloquera certaines options. Elle se développera en fonction de vos liens sociaux, avec notamment les vendeurs de restaurants et boutiques de Fringues.

WEC 3
Takeharu Ishimoto

Par contre, il faut bien avouer que la bande son originale de NEO : The World Ends With You est juste monstrueusement cool ! Ça bouge, ça reste en tête, c’est raccord avec l’univers du jeu. Nous le devons grâce au travail de composition de Takeharu Ishimoto qui avait déjà travaillé sur le premier volet (ainsi que Dissidia : Final Fantasy et Final Fantasy Type-0).

Points forts:

  • La musique ! 
  • Les phases d’énigmes
  • Traduction FR des textes et voix Japonaises
  • Le design des personnages

Points faibles:

  • Le choix des touches pour les badges, vive les tendinites !
  • Déplacements sur la carte
  • Peu de cinématiques
  • Scénario peu mis en avant

 

En clair :

Bien que graphiquement et musicalement le jeu ait totalement trouvé un style fonctionnant parfaitement, on a cependant l’impression que le côté action-RPG n’a pas encore trouvé sa voie. Les phases de combats sont peu pratiques, on finit vite par bourriner tous les boutons et à s’emmêler les doigts… C’est véritablement dommage car le jeu est tellement accrocheur dans son développement et son originalité qu’il mériterait d’être parfait sur tous les points. Il ne faut cependant pas vous arrêter là dessus, si vous êtes des habitués du genre, que vous aimer l’ambiance branché de Shibuya, foncez parcourir les rues de ce quartier fort animé du Japon à la découverte du jeu des Reapers !

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager