Test : When The Past Was Around sur PS4, par Lucas

par | 18/12/2020 | Articles, Articles à la une, Jeux video, Nintendo, Pc, Sony, Test Pc, Tests Sony, Tests Xbox, Xbox | 0 commentaires

Plutôt que d’ouvrir un livre au bord d’une cheminée, allumé votre console et joué à When The Past Was Around, de Mojiken, pour découvrir un récit mélancolique et fantastique.

When The Past Was Around

 Genre : point and click, puzzle

Développeur : Mojiken

Éditeur : Toge Productions

Supports : Switch, PS4, Xbox One, PC

Classification : inconnue

Date de sortie : 22 septembre 2020

 

Test réalisé après 1h30 de jeu.

Synopsis :

Eda vit un amour idéal avec Mr Hibou. L’idylle de ces deux musiciens est marquée par un drame duquel Eda va devoir se sortir à l’aide des souvenirs du passé, celui partagé avec Hibou.

 
 

Un beau matin, me voilà en possession de When The Past Was Around alors que je venais fraîchement de commencer Cyberpunk 2077 et déjà bien entamé Assassin’s Creed Valhalla. Mon cœur m’attirait vers ces deux super-productions AAA tandis que la curiosité me murmurait “Oublie les, viens me tester.”

Bien que ce genre de jeu ne soit pas ce qui me fait habituellement vibrer, j’ai pris ma manette PS4 en main et me suis installé dans le canapé, à l’aise, sans savoir quoi attendre. La mélodie au violon commence, le menu léger m’introduit calmement l’histoire et ainsi ai-je débuté les énigmes de When The Past Was Around. Le titre est fait de point’n’click et de problèmes à résoudre pour passer à la salle suivante, comme un escape game. Point de problèmes complexes à base d’objets à imbriquer entre eux, ou à tournoyer dans tous les sens, le jeu se contente de manipulations simples. Quelques interactions suffisent à finir une salle, de quoi enchaîner les énigmes, et l’histoire sans en sortir.

Vous découvrez l’histoire pleine de douceur et de tristesse de Eda, une jeune fille amoureuse d’un homme à tête de hibou. Sans en dévoiler l’intrigue, vous découvrez les liens qui unissent les deux amoureux et ce que l’un apporte à l’autre malgré les chagrins de la vie.

Touchant et tendre, When The Past Was Around nous porte doucement dans ce drame romantique comme un film que l’on regarde par temps froid mais ciel bleu. Les couleurs automnales des dessins, le trait léger, l’animation tressautante d’un dessin à la main ne font qu’apporter de la mélancolie à l’intrigue. Aucun dialogue ne perturbe le calme du jeu, il y a même très peu de sons d’ambiance. Simplement une musique au violon qui accompagne toute votre partie.


Mon avis

Par le fruit de l’envie de sortir des jeux AAA, cette pause, bien que courte, dans un univers indé a été un plaisir inattendu. Les énigmes se résolvent rapidement, mise à part quelques unes qui demandent observation et réflexion. Il faut à peine plus d’une heure pour finir le titre. On le fait d’une traite, sans se rendre compte que l’on avance comme blottit au chaud sous un plaid. Misant sur l’immersion par la musicalité et l’image, tout cela renforce la poésie de cette histoire d’amour un brin fantastique. Tout est fait d’émotions et de ressentis.

When The Past Was Around est une découverte qui m’a sorti de mes habitudes, pour ne rien regretter. Loin de mes standards, le jeu est le fruit d’une vraie réflexion artistique pour nous immerger dans cette charmante aventure poétique aux thématiques traitées avec justesse.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager