Test : NieR Automata, version PS4 et PC !

par | 25/03/2019 | Articles à la une, Jeux video, Pc, Sony, Test Pc, Tests Sony, Tests Xbox, Xbox | 0 commentaires

Vu la sortie récente de NieR Automata Edition Game of The Yorha, il était de bon ton de vous proposer un test complet de ce jeu, sorti sur PS4, PC et XBox One !  

NieR Automata

 

Genre : RPG – Action – Post-Apocalypse

Développeur : PlatinumGames

Éditeur : Square Enix

Supports : PS4, PC (Steam) et Xbox One (dématérialisé seulement)

Classification : 18+

Date de sortie :

  • 10 mars 2017 (PS4)
  • 17 mars 2017 (PC)
  • 26 juin 2018 (Become as God edition*, Xbox One)
  • 29 février 2019 (Game of the YoRHa Edition*, PS4, PC)
Synopsis :

L’Humanité se retrouve exilée de notre planète à cause de l’attaque de formes de vies mécaniques venues d’ailleurs. La seule chance de la reconquérir repose sur des androïdes formant des groupes de résistance et les toutes nouvelles unités du groupe YoRHa.

Cette chronique a été réalisé après avoir joué une soixantaine d’heures sur PS4 et PC, avec une plus longue expérience de jeu sur PC.

 
 
 
 
 

A l'[A]venture

 
 
NieR Automata est un jeu qui vous incite a recommander son histoire un certain nombre de fois pour découvrir toute son étendue. Vous commencez en incarnant un de ces nouveaux modèles appelé 2B (pour Unité YoRHa de Combat/Battle n°2) lors d’une opération dans une ancienne usine.  Lors de cette mission vous rencontrerez 9S (pour Unité YoRHa de Soutien n°9) qui sera votre compagnon sur le terrain lors de la guerre contre les machines. Il vous faudra être persévérant pour connaître l’entièreté du jeu et ne pas vous arrêter aux premiers crédits qui ne marquent que la fin de la première partie (la fin A, une fin parmi les 26 que propose le jeu). Il vous faudra refaire cette partie avec cette fois 9S en personnage jouable et 2B comme assistante, ouvrant sur un nouveau gameplay essentiel, le piratage des machines. Tout en continuant votre aventure, vous pourrez jouer un troisième androïde que vous croiserez dans votre aventure, A2 (pour Unité YoRHa d’Attaque/Assault n°2). Je ne vous en dis pas plus afin de vous laisser profiter de l’ensemble du jeu (mais pour mieux comprendre le jeu, je vous incite à faire au moins les fins A, B, C, D et E qui se débloquent au fur et à mesure de l’aventure).
 
Le prologue constitue la démo disponible sur le PS Store et si cette dernière vous plaît, sachez que vous pourrez reprendre après celle-ci si vous achetez le jeu.
 

2[B] or not 2[B]

 
Si vous faîtes bien attention, vous trouverez de nombreuses références littéraires et notamment à la philosophie dans l’ensemble du jeu. En effet, de nombreuses machines ont reçues le nom ou prénom d’un philosophe : Pascal, Engels, Immanuel (Kant), Jean-Paul (Sartre) et Simone (de Beauvoir)… mais une des questions principales est la définition de l’être (qu’est-ce qui nous définit ? Nous-même ? Les Autres ? Nos actions ?). NieR Automata revient également sur la traditionnelle question de l’autodétermination des machines (peuvent-elles continue à exister sans ordre à accomplir), thème très récurrent dans le cyberpunk japonais (Aigis dans Persona 3 par exemple).
Si vous voulez poussez le sujet plus profondément (après avoir fais le jeu), je vous conseilles de lire L’œuvre étrange de Taro Yoko. De Drakengard à NieR:Automata de Nicolas TURCEV chez Third Editions.

 

Un [U]nivers étendu

Haha ! Excellente transition via le nom d’un autre jeu de monsieur YOKO. En effet, NieR:Automata se place dans un univers vaste sorti de l’esprit dérangé de cet homme. Il se présente sous différentes formes : jeux vidéo (Drakengard 1, 2 et 3, NieR et NieR:Automata) des mangas (dont Drakengard – Destinées écarlates est le seul disponible chez nous, série complète en 3 tomes chez Kurokawa), des drama CD, des pièces de théâtres/concerts, des nouvelles (dont 2 sont présentes dans l’artbook NieR:Automata – World Guide publié chez Kurokawa et d’autres arriveront le 11 avril dans le Strategy Guide). Mais alors faut-il avoir fait les jeux précédents pour entamer celui-ci ? Ce n’est pas obligatoire, l’histoire se suit très bien sans mais vous passerez à côté de nombreuses références.

L’Avis du testeur sur NieR Automata ?

 

 
Alors je ne serai absolument pas objectif tellement NieR premier du nom et Automata sont mes jeux du cœur pour tous les sentiments qu’on se prend à la figure en jouant. Certaines quêtes ou le désir compléter le jeu à 100% pourront éventuellement vous vexer (saleté de pêche ! ) mais ne vous arrêtez pas à ça.
Vous pourrez également faire plaisir à vos oreilles avec une OST de qualité supérieure (même si je préfère celles du premier volet).

 

 
Après je ne dirai pas que le jeu est à mettre dans toutes les mains, déjà plutôt pour des jeunes adultes, notamment pour comprendre certains références, mais vous pouvez toujours essayer la démo disponible sur le PSN pour vous faire votre avis. Si jamais vous faites le jeu sur PC, je vous recommande l’installation du FAR Mod qui, certes, réduira la qualité graphique mais qui vous permettra une meilleure fluidité de jeu.

Œuvres similaires ? 

 

 
NieR Automata peut plaire aux fans de RPG, vous pouvez également faire NieR premier du nom (sur PS3) ou Xenoblade Chronicles 2 (sorti également en 2017 sur Switch) qui sont deux très bons exemples de ce genre.
Mais si vous êtes plus fan de jeux d’action, Automata peut également être fait pour vous et là je peux vous proposer deux jeux du même développeur : Bayonetta (le 1er est excellent, je n’ai pas encore fait le 2ème) et Metal Gear Rising : Revengeance.
Et si c’est l’univers post-apocalyptique qui vous plaît le plus, jetez vous sur Horizon Zero Dawn, si possible la complete edition, qui est vraiment très sympathique.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Test : Horizon Zero Dawn, version PS4 ! - […] Zero Dawn, on notera Far Cry Primal pour son côté “peuplades primitives”, NieR:Automata pour le côté post-apocalyptique et la…
  2. Test : Astral Chain, une exclue Nintendo Switch ! - […] ressent. Au niveau de la dynamique des combats et de certains déplacements, on retrouve un peu de NieR: Automata,…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager