Chronique : Ultramarine Magmell, le nouveau continent !

par | 13/05/2019 | Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 0 commentaires

Nouvelle licence sur laquelle les éditions Ototo Manga misent beaucoup, le manga Ultramarine Magmell débutait le 12 avril 2019 !

Ultramarine Magmell

Titre original : 群青のマグメル

 

Titre traduit : Gunjô no Magmel

 

Auteur : Di Nianmiao

 

Éditeur français : Ototo Manga

 

Éditeur original : Shueisha au Japon

 

Date de sortie : 12/04/2019

 

Nombre de tomes : 8 volumes au Japon série en cours

 

Prix : 6,99 €

Synopsis :

35 ans plus tôt, un miracle qui allait ébranler le monde entier se produisit dans l’immense océan Pacifique : un nouveau continent émergea de nulle part !

Baptisée Magmell, cette terre regorgeait de paysages inconnus, de précieuses ressources, et de nouvelles espèces animales aussi féroces que redoutables.
Malheureusement, presque aucun des aventuriers partis à la découverte de ce nouveau monde ne revint vivant. Dans le but d’affronter ces terribles dangers, une équipe de sauveteurs spécialisés fut alors constituée. On les nomma les « Glaneurs ».

Cette chronique a été réalisé après avoir lu le premier et seul tome de la série sorti en France, alors que l’oeuvre compte actuellement 8 volumes parus au Japon.

 

 

Une île entière surgit d’un seul coup du fin fond de l’océan, serais-ce la cité perdue de l’Atlantide ? A priori non, puisqu’on lui a donner le nom de Magmell. Cette nouvelle terre regorge de bien des mystères, autant au niveau de sa faune, de sa flore ou des ressources qui s’y trouvent.

Il était donc bien normal que l’humanité soit obnubilé par elle, au vu de son contenu inédit.
Entreprises voulant dégagées un énorme profit, scientifiques àssoifés de connaissance, aventuriers en quête de sensations fortes, tout le monde y trouve son compte à condition d’être épargné par les nombreux pièges qui y sont présents. Avec des taux de disparition battant de loin tous les records, notre œuvre nous propose de suivre différentes affaires plaidées par le pavillon des glaneurs, l’agence ayant le plus haut taux de réussite du nouveau continent.
 
 
 

 

Yin Yo et Zero sont les deux personnages principaux de notre titres. Le premier est un homme de petite taille, assez calme et confiant, ayant une perception de la vie assez détachée, tandis que la seconde est une jeune fille douée en technologie, assez possessive envers Yin Yo, de nature pingre et assez froide avec ses clients.

 

Ultramarine Magmell est construit sous forme épisodique ou chaque histoire tient dans un ou plusieurs chapitres et indépendants les uns des autres (pour le premier tome en tout cas). Malgré la maîtrise de nos agents, les sauvetages ne se finissent pas toujours bien et ont souvent une part cruelle, rappelant que la nature est impitoyable, même pour les hommes se croyant au dessus de toute forme de vie.

Approuvé par Yoshihiro Togashi …

 

Porté par son éditeur français Ototo Manga comme une œuvre adoubée par Yoshihiro Togashi, l’auteur d’Hunter x Hunter, Ultramarine Magmell légitime effectivement cette affiliation. Je me suis tout de suite dit que ce continent aurait pu être celui qui est développé dans le grand arc scénaristique en cours, dont on aura surement jamais la fin… En dehors des créatures mystérieuses, on retrouve aussi une ambiance similaire au titre de Yoshihiro Togashi, ainsi que quelques personnages ayant des similitudes avec certains protagonistes d’Hunter x Hunter.

 

A qui s’adresse Ultramarine Magmell ?

 

 
Sans être révolutionnaire Ultramarine Magmell est un titre typé action qui plaira au fans d’aventures et de combat. Néanmoins il est à déconseillé aux plus jeune, car il garde une empreinte dure et cruelle, autant par rapport à sa faune et flore, que par les personnages avides de pouvoir et de reconnaissance.

Œuvres similaires ? 

 

Comment proposer des œuvres similaires à Ultramarine Magmell sans parler d’Hunter x Hunter ? En plus la série est remise sur les devants de la scène en France puisque le trente-sixième volume vient tout juste de sortir. Néanmoins, vous pouvez aussi vous dirigez vers d’autres titres ayant des similitudes comme Word Trigger méleant action eu sauvetage, ou encore Made in Abyss, qui allie nature hostile et survie. Dans un registre plus contemplatif et calme, vous pouvez vous diriger vers Mushishi.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager