Chronique : Just Not married, vivre heureux sans se marier ?

par | 18/07/2020 | Articles, Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 0 commentaires

Just not married ouvrait en mai les portes de Life, une nouvelle collection au sein des éditions Kana.

Just Not Married

Titre original : くう ねる ふたり すむ ふたり​

 

Titre traduit : Kû Neru Futari Sumu Futari

 

Auteurs : HIGURASHI Kinoko

 

Éditeur français : Kana

 

Éditeur original : Tokuma Shoten au Japon

 

Date de sortie : 15/05/2020

 

Nombre de tomes : 5 volumes au Japon, série terminée

 

Prix : 7,45 €, premier tome à 5,95 € en prix découverte pendant une période

Synopsis :

Ritsuko et Shûichi sont en couple depuis qu’ils étaient au lycée. 10 ans de couple, 8 ans de vie commune, inévitablement, les gens leur demandent : “Et vous êtes mariés ?” Ritsuko en a l’habitude et ne s’en inquiète plus du tout. Mais approchant de la trentaine, la pression de l’entourage ne fait qu’augmenter. De manière tacite ou explicite, LA question ne cesse de revenir : “Alors, c’est pour quand ?” Ils ne sont pas pressés de se marier, ni d’avoir des enfants. Cela viendra au moment voulu, à leur rythme et non à celui imposé par leur entourage.

Cette chronique a été réalisée après avoir lu les deux premiers tome de la série. Au Japon, la série s’est conclue en 5 volumes.

 

 

Si le mariage est une institution normalisée en Occident, elle l’est encore plus au Japon. Dans Just not married, nous suivons le quotidien de Ritsuko et Shûichi, en couple depuis une dizaine d’années, mais qui ne sont pas passés par cette étape “sacrée”.
 
 
 
 
 
Just not married est une succession d’histoires courtes, narrées deux fois, une du point de vue de Ritsuko, et l’autre de Shûichi.
Un même début et une fin commune, mais quelques variables de part et d’autre et une sensibilité différente, donnant cours à une interprétation (non commune).
 

 

 

 

Le mariage semble être une finalité naturelle dans notre récit, à tel point que nos tourtereaux semblent être des ovnis pour leurs connaissances. Pourtant Kinoko HIGURASHI nous montre à travers Just not married que la vie à deux vaut la peine d’être vécue, sans forcément se passer la bague au doigt.

Le quotidien de Ritsuko et Shûichi semble juste, possible et pour lequel il peut exister deux visions différentes sans forcément avoir une personne qui a tort et l’autre raison. On se prend rapidement d’affection pour nos deux concubins au travers leurs échanges, tantôt drôles, tantôt touchants.

 

A qui s’adresse Just not Married ?

 

Vous l’aurez compris, Just not married est une œuvre tout public, néanmoins elle trouvera forcément plus écho auprès des personnes ayant eu une vie de couple.
 
La  nouvelle collection Life de Kana démarre bon train avec cette série, et on espère que les autres titres qui la composeront seront tous aussi bons.
 

© 2012 by KINOKO HIGURASHI/NSP

Œuvres similaires ? 

 

Difficile de vous proposer des titres similaires à Just not married.
Néanmoins vous pourrez retrouver dans le manga Destins parallèles édité chez komikku, l’histoire d’une rencontre de deux individus de leur point de vue respectif (ce manga comporte 6 tomes, 3 volumes prenant le partie de chacun des protagonistes principaux).
Je pensais aussi vous conseiller À nos amours un diptyque disponible chez kana, qui narre la vie de couple de son auteur japonais en relation avec une française, démontrant les différences de point de vue existant entre nos deux civilisations.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager