Chronique : Nos c(h)œurs évanescents de Yuhki Kamatani !

par | 21/05/2020 | Articles, Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 0 commentaires

La puberté est une période charnière. C’est là où certains se mettent dans le rang du diktat que la société leur impose, biaisé notamment par les paramètres de genre. Sauf que c’est également la période où il est possible de cultiver ce qui fait déjà sa personnalité d’enfant. Nos c(h)œurs évanescents s’intéresse au second type de personne, en racontant l’évolution d’un enfant hypersensible passionné de chant, au fil de ses rencontres.

 

Nos c(h)œurs évanescents

 

 

 

Titre original : 少年ノート

Titre romanisé : Shônen Note

Auteur : Yuhki Kamatani

Éditeur français : Éditions Akata

Éditeur original : Kadokawa (Japon)

Date de sortie française : 27/02/2020

Nombre de tomes : 1 en France, 8 au Japon (terminé)

Prix : 8,25 € en papier, 4,49 € en e-book

Synopsis :

Yutaka Aoi est un jeune garçon particulièrement sensible et réservé. Introverti, c’est grâce à la musique et au chant qu’il s’ouvre aux autres. Aussi, en entrant au collège, il souhtaite en intégrer la chorale. Avec sa voix d’ange très cristalline, il espère même devenir soprano. Mais tandis que la chorale manque de voix masculines, acceptera-t-on qu’il interprète une partie souvent confiée à des femmes ?

Cette chronique a été réalisée après avoir lu le premier tome de la série, le seul sorti en France au moment de la publication.
La suite sortira prochainement.

 

​Les Éditions Akata avaient fait découvrir Yuhki KAMATANI au public français en 2018, en publiant les quatre tomes du marquant Éclat(s) d’âme. Ce titre prenait de front l’ensemble des problématiques LGBTQ+, brassant les vécus, les doutes, et la violence subie par les concerné·e·s via un panel représentatif de personnages. Tous se retrouvaient dans un café, quartier général d’une association de reconstruction urbaine les aidant à se reconstruire eux-mêmes.

Nos c(h)œurs évanescents, publié avant Éclat(s) d’âme au Japon (de 2011 à 2014), est bien moins frontal dans son propos, et ne se concentre pas sur les seuls thèmes LGBTQ+. Du moins sur son premier tome, qui vient de paraître en France.

 

Yutaka Aoi, le garçonnet de cette histoire, est sur le point d’entrer au collège. Hypersensible, lunaire et aimant chanter, il se fait remarquer une première fois en pleurant à chaudes larmes lors de sa cérémonie d’entrée dans son nouvel établissement. Puis, en rejoignant la chorale de l’école, il se fait remarquer à nouveau : en effet, seules les filles sont autorisées à chanter en concert, faute d’assez de garçons pour chanter une partie grave.

 

Enfin, dans ce premier tome, Yutaka se fait également remarquer par sa superbe voix de soprano, qui attire l’oreille de plus d’une personne. Jusqu’où est-ce que sa voix l’emmènera ? Et surtout, qu’adviendra-t-il après avoir mué ?

 

Une fois n’est pas coutume, dans ce récit « L’important n’est pas la destination, mais le voyage » : Yutaka rencontre des tas de personnages hauts en couleur, chacun avec leurs caractéristiques qui le feront certainement évoluer au cours du récit, comme on le perçoit déjà avec le coup d’éclat de fin de premier tome.

 

L’introverti Yutaka semble éclore petit à petit via la musique, avec ses hésitations et ses doutes. Personnellement, je m’identifie beaucoup à ce garçonnet introverti aux hobbies et aux fréquentations féminines, à ses introspections et à ses crises de pleurs.

A qui s’adresse Nos c(h)œurs évanescents ?

Le titre vise tous les publics, mais saura autant toucher ceux recherchant des histoires réchauffant le cœur, que ceux désirant découvrir une histoire réaliste dans une chorale de collège japonais.

C’est un récit déjà touchant rien qu’en 220 pages, ne reste qu’à attendre la suite…

© Yuhki Kamatani Kodansha Ltd.

Œuvres similaires ? 

En attendant, pour retrouver des histoires touchantes mêlant chant, univers scolaire et hypersensibilité, je vous conseille de découvrir ou redécouvrir le film Jun la voix du cœur, disponible en DVD / Bluray chez Kazé, ou en VOD sur ADN.

Ou, si le trait des planches vous séduit et que les thématiques LGBTQ+ vous tiennent à cœur, les 4 tomes de Éclat(s) d’âme sont déjà disponibles aux Éditions Akata. Un drame efficace et touchant, aux dessins magnifiques.

Chronique réalisée à partir d’un e-book fourni par les Éditions Akata, lu sur liseuse Vivlio Inkpad 3.
Je me suis depuis acheté un exemplaire papier, à la réouverture de mon libraire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager