Chronique: Sayuri, « Décuple ta rage de vivre et … bats-toi ! »

par | 8/02/2021 | Articles, Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 1 commentaire

Quand une âme tourmentée passe à l’action …

Sayuri

Titre original: サユリ

 

Titre romanisé: Sayuri

 

Auteur: OSHIKIRI Rensuke

 

Éditeur français: Omaké Books

 

Éditeur original: Gentosha

 

Date de sortie: 12/11/2020

 

Nombre de tomes: 1 (one shot)

 

Prix: 12.99 €

Synopsis :

La famille Kamiki avait désormais tout pour être heureuse. Après des années et des années d’économies et de sacrifices, elle peut enfin être propriétaire ! Certes, la maison est ancienne mais la vue depuis le haut de la colline est tellement belle ! Trois générations de Kamiki s’installent alors sous le même toit… Les accidents inexpliqués s’enchaînent les uns après les autres, avant que la grand-mère ne découvre la terrible vérité. Mais la vieille femme et son petit-fils n’ont clairement pas envie de se laisser abattre par les esprits malins qui hantent la demeure. La riposte se prépare et elle sera très violente…

Source: éditeur

:kpFlowerBlue: Cette chronique a été réalisée après avoir dévoré le One Shot. :kpFlowerBlue:

 

Tout commence lorsque que la famille Kamiki s’installe dans leur nouvelle maison. Vieille et miteuse, elle donne néanmoins vue sur toute la ville. Petit à petit, la famille est tourmentée par un terrible mal. Deux jours après avoir emménagé, le père de famille décède de manière bien étrange. Norio, l’ainée de la famille, reste près de sa mère et remarque que sa sœur agit de manière bien étrange. Son petit frère quant à lui est perturbé par des cauchemars le poussant à commettre l’irréparable.

 

Dans une ambiance maussade et oppressante, notre jeune héros tente tant bien que mal de remonter le moral de sa petite famille. Les jours passent et les membres de la famille disparaissent tous sans explication. Les habitants sont tourmentés par l’âme d’une fillette et de mystérieuses ombres. Alors que Nao, camarade de Norio, essaie de l’aider, elle verra l’esprit de la fille tenter de lui ôter la vie.

 

 

Hanté par ses démons, le jeune homme est raisonné par sa grand mère. Cette dernière lui rend la vie dure afin qu’il devienne suffisamment fort pour combattre les esprits infectant la maison.

 

La vieille dame découvre que l’âme de la jeune fille hantant la bâtisse et tuant ses occupants est celle d’une collégienne se nommant Sayuri. Animé par la volonté de purifier cette maison, mamie Kamiki enquête afin de trouver les coupables du malheur de cette âme.

 

Trouvant finalement les coupables, mamie Kamiki et Norio se trouveront face à une scène ignoble et répugnante.

A qui s’adresse Sayuri ?

 

Sayuri est déconseillé au moins de 12 ans.

Sayuri est un One Shot comportant une vraie morale et un style graphique particulier. Jouant sur le clair-obscur, Oshikiri Rensuke m’a emporté dans son histoire terrible. De la première page jusqu’à la dernière on traverse tout un fleuve d’émotions. Entre la peine, le stress, la peur et l’exaltation, on est absorbé par l’histoire.

Ce One Shot est conseillé au fan de Seinen mais aussi au style obscure de Oshikiri Rensuke.

Attention, ce manga parle de suicide, harcèlement et de dépression sévère, il est donc fortement déconseillé aux personnes sensibles.

 

 
 
 

SAYURI KANZERBAN @ 2015 OSHIKIRI RENSUKE / GENTOSHA COMICS INC.

Œuvres similaires ? 

Si vous aimez le style de Kizu Natsuki, vous allez adorer Yōkai Massage, sorti en 2017, narrant l’histoire de Atsuko Momiyama employé d’un étrange club de massage, sinon vous pouvez également opter pour le Perce-Neige, une autre œuvre de OSHIKIRI Rensuke, édité également chez Omake manga en deux volumes

Où trouver ce manga ?

Vous pouvez l’acheter sur le site de Omake Books.

1 Commentaire

  1. Shu

    Je conseille FORTEMENT ce manga. C’est un vrai petit bijou et une magnifique oeuvre. La rédactrice a su captiver part son écrit et sa description reste fidèle à sa lecture de l’oeuvre. Un enorme merci à elle

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager