Chronique : Toilet-Bound Hanako-kun : Quand les mystères dépassent les frontières de notre monde !

par | 5/08/2021 | Articles, Articles à la une, Chroniques Mangas, Mangas | 0 commentaires

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de Toilet-Bound Hanako-kun. Souvenez-vous, je vous avais présenté et donné mon ressenti sur l’adaptation anime.

(voir ma chronique anime «Top 5 Animes 2020 : la sélection de Lorelei ! »)

 

On ne va pas se le cacher : Toilet-Bound Hanako-kun était de très loin le manga que j’attendais le plus pour l’année 2021. J’ai adoré l’anime et j’adore le manga mais vraiment avoir enfin les tomes physiquement en mains et en français me procure une immense joie.

Je salue d’ailleurs la communication massive et accrocheuse de Pika qui nous a fait un lancement en grande pompe !

Ainsi j’ai pu redécouvrir le début de cette œuvre si singulière et terriblement captivante à mes yeux grâce à une traduction bien travaillée et bien sûr à une mise en page soignée de la part de l’éditeur.

Mais alors qu’est-ce qui fait que Toilet-Bound Hanako-kun vaut la peine d’être lu et pourquoi est-ce que ce titre me plaît autant ?

Toilet-Bound Hanako-kun

Titre original : Jibaku Shounen Hanako-kun / 地縛少年 花子くん

 

Titre alternatif : Jibaku Shōnen Hanako-kun

 

Auteur : scénarisé et dessiné par AIDAIRO

 

Éditeur français : Pika

 

Éditeur original : GFantasy

 

Date de sortie : début au Japon en 2015, début en France le 30/06/2021

 

Nombre de tomes : 15 tomes au Japon et 2 tomes en France (série toujours en cours). Le tome 3 sera disponible chez nous en août 2021.

 

Prix : 7,50€

Synopsis :

Toquez trois fois à la porte des toilettes du troisième étage et l’esprit de Hanako vous exaucera…

 

Une rumeur court sur l’existence de sept mystères qui hantent les murs de l’école Kamome. Parmi ces faits inexpliqués, on raconte qu’un esprit du nom de Hanako se trouverait au troisième étage du plus ancien bâtiment et qu’il exaucerait le vœu de quiconque viendrait le trouver.

 

En classe de seconde dans cet établissement, Nene Yashiro a le béguin pour un garçon. Pourtant, malgré tous ses efforts, cet amour reste à sens unique.

La jeune fille ne voit plus qu’une seule solution : s’en remettre à la légende de Hanako, sans se douter qu’accéder au bonheur requiert toujours une contrepartie…

Je mets les choses au clair tout de suite : en plein visionnage de l’anime, j’avais décidé de me lancer dans la lecture du manga alors publié en ligne et en anglais. Depuis, je suis parfaitement à jour sur les 80 chapitres sortis à l’heure actuelle.

Ainsi aujourd’hui je vais vous donner mes impressions sur la lecture des 2 premiers tomes paru en France, mais ce n’est pas à proprement parler une « découverte ». Ne vous inquiétez pas, il s’agit là de décrire mon ressenti général sur ces deux tomes et en aucun cas de vous divulgâcher la suite du manga.

Maintenant que ce point est éclairci, on peut y aller !

Déjà, dès le début on est frappé par l’originalité de la patte graphique. D’une part, on a un style joli et mignon pour les chara-design, et d’autre part avec des personnages qui évoluent dans des décors très chouettes fourmillant de détails révélés par la finesse des illustrations. Visuellement ça en jette ! À première vue donc, en se fiant à la patte artistique, on est alors progressivement surpris par la révélation de design plus étranges, oppressants et même horrifiques.

C’est là pour moi la plus grande force du titre.

Le manga sait jouer habilement avec ses changements d’ambiance en mélangeant divers styles. Cela passe par le dessin bien sûr mais surtout par son scénario qui nous accroche d’entrée de jeu. Si le manga au tout début se veut léger avec un ton de comédie, rien qu’en avançant dans le premier tome, l’atmosphère devient plus pesante. L’histoire s’assombrit d’autant plus lorsqu’une révélation choquante est faite au sujet du facétieux et énigmatique mystère n° 7 de l’école : Hanako.

 

En effet notre fantôme des toilettes brille par bien des aspects : par son design à la fois mignon et charismatique, son humour ainsi que sa tendance à taquiner son entourage. Hanako nous apparaît comme un être surnaturel bienveillant et sympathique… mais ce n’est qu’une facette de sa personnalité car il a également un côté sombre, et même effrayant. Il n’y a qu’à le voir dégainer son couteau de cuisine en affichant une expression impitoyable tout en faisant des allusions morbides pour s’en rendre compte !

Prenez l’habitude car Hanako-kun ne se révèle pas au grand jour facilement ! Vous allez apprendre petit à petit à le connaître au travers de ses différentes aventures en compagnie de Nene et Kô pour faire régner l’ordre au sein de l’école. Malgré tout en sa qualité d’esprit surnaturel, il conserve beaucoup de mystères et ça le rend vraiment fascinant.

Aimerez-vous le Hanako joviale ? Touchant ? Impitoyable ? Sérieux ? Mystérieux ? Dans tous les cas il est très attachant et on a envie dès son apparition d’en savoir plus sur lui !

L’autre point que je veux aborder c’est que Toilet-Bound Hanako-kun traite ses thématiques avec une belle originalité et un brin de philosophie. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir, il n’y a pas vraiment de gentils et de méchants, juste des personnages qui, au fil des situations, s’avèrent plein de complexités et de subtilités. Pour un shônen c’est assez osé de ne pas identifier clairement de protagonistes et d’antagonistes. On notera également l’utilisation très bien pensée des rumeurs qui vont avoir un impact plus ou moins grand sur les êtres surnaturels et qui font en réalité tout le sel de la tâche qui incombe à Hanako : maintenir l’ordre et l’harmonie entre le monde des vivants et celui des esprits.

 

Je vous parlais d’un ton assez léger et amusant au début du manga mais très vite tout n’est pas de tout repos. À travers la découverte des différents esprits qui peuplent cet univers, le manga dévoile non seulement une thématique folklorique très intéressante mais aussi toute une facette de mystères et d’enquêtes avec un aspect horrifique que j’apprécie tout particulièrement.

Enfin, la narration est un plaisir à suivre. Si tout au début nous avons droit dans le premier tome à des premiers chapitres d’exposition mettant en place décors et personnages, une intrigue se dessine assez vite et logiquement dès lors que les rumeurs et les mystères surviennent. Ainsi nous allons partir à la recherche des fameux 7 mystères de l’école et autres entités surnaturelles qui troubleraient l’équilibre des deux mondes… et il va y avoir du pain sur la planche ! Croyez-moi : on a pas le temps de s’ennuyer !

Vous l’aurez compris : je vous recommande fortement la lecture de Toilet-Bound Hanako-kun ! Pour son scénario plein de mystères, ses changements d’ambiance aussi dynamique que bouleversant et évidemment son style graphique magnifique et original. C’est pour moi une lecture que j’apprécie beaucoup tant elle me captive.

Avec sa diversité de personnages, humains comme esprits, hauts en couleurs, intéressants et attachants ainsi que son scénario qui va nous amener sur plein de situations variées, je pense que c’est une œuvre accessible et susceptible de toucher tous les publics.

Succomberez-vous au charme de Hanako ? Si c’est le cas, il ne vous reste qu’à toquer 3 fois à la porte des toilettes et dire :

« Hanako-san, Hanako-san, êtes-vous présente ? »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager

Si cet article vous plait n'hésitez pas à le partager